Paris Summer

septembre 7, 2008

 Après près d’un mois d’absence, il est temps pour moi de m’ateler à la review des concerts de Rage Against The Machine, de celui des Last Shadow Puppets et de l’événement que j’attends chauqe année depuis la fin de l’édition précédente : Rock En Seine.
Pardon pour cet article qui sera sans doute trop long et trop plein de reviews.

20 août, Rage Against The Machine à Saint Cloud
Je dois d’abord avouer qu’alors que cette édition de Rock En Seine se profilait, ma déception augamantait. Car alors que l’année dernier Rock En Seine c’était un peu l’événement de l’année, l’équivalent des JMJ où le pape était Caleb Followill et les autres représentants du clergé les Hives, les Arcade Fire ou encore les CSS. (je ne pensais pas que cette métaphore paraitrait aussi glauque désolé); cette année nous nous retrouvons avec un festival raccourcit et allégé. Même si la programmation de RES comportait beaucoup de pépites que j’ai écouté sur mon archos en allant l’âme en peine au lycée.
Ceci explique ma grande flegme du 20 août : franchement je n’avais pas particulièerement envie d’y aller, surtout seule. C’est pourquoi je m’abstiens, sans regret, d’aller voir les Blood Red Shoes (qui ne m’ont de toute façon jamais emballée et que je trouve particulièrement antipathique depuis cette interview).
J’arrive donc en plein milieu de Mix Master Mike, encourragée par la vue des jolies allemands à l’entrée.
Et j’avoue que déjà dans le métro la population de ce premier jour m’avait un peu effrayée : des métalleux d’une trentaine d’années qui osent la tartiflette ou encore la paëlla une demi heure avant la concert des RATM ; décidément ceux là, rien ne leur fait peur…
Ce dj me fait un peu peur car même si au début j’apprécie le revival années 1990 avec le Smell Like Teen Spirits de Nirvana ou encore de morceaux des Beastie Boys, j’ai du mal à comprendre l’enchainement Song 2, Seven Nation Army (d’ailleurs les métalleux aussi sont adeptes du papapapapa sur seven nation army) et Bob Sinclar, le pire c’est que mes camarades fans de RATM ont l’air d’apprécier. Je suis dans un autre monde.
A la précédente vue de mes camarades de concerts je reste sur mes arriéres (dans les deux sens du termes) et je mets même mes boules quies, preuve des séquelles du terrible/horrible concert de Fancy à Paris Plage.
Les « Rage » arrivent vétus d’une combinaison orange de bagnard et d’un sac en kraft du type « terroriste » sur la tête et ils se lancent dans un concert de 1h30. Ce qui m’a le plus surpris c’est ma grande connaissance des chansons de RATM : certes j’ai eu une période à mes 13-14 ans mais quand même : à part une ou deux chansons je connais les chansons; bien sur pas au point de connaitre le sparoles mais je les connais Born Of a Broken Man, Sleep Now In The Fire ou encore Bombtrack, je fais même ma dévergondée lorsque j’entends Killing In The Name et retire mes protections auditives et arrache un tympan à la pauvre Eva qui m’appelle pour la chanson. Un constat s’impose à moi au fil du concert, du moins deux constats, tout d’abord Zach de La Rocha n’a pas la rage au contraire il sourit même de plaisir, deuxièmement je ne regrette pas d’être venue à ce concert où j’ai découvert mon amour pour les RATM (sans doute un refoulement freudien) et une ambiance de concert où les gens s’amuse tout en écoutant (désolé pour l’aspect trop pédagogique pour cette conclusion qui est très mauvaise) .

♥♥♥♥

The Last Shadow Puppets à L’Olympia le 26 août
Après une semaine passé à Valence avec mon amie Agathe, nous revenons à Paris pour voir les Last Shadow Puppets et pour Rock En Seine Of Course.
Je ne sais pas si c’est de m’être levée à 7h pour prendre le TGV ou si c’est le mauvais temps mais en tout cas je ne sens aucunumenet l’excitation d’un concert (cet article est sur le point de me faire passer pour une blasée du concert, c’est faux bien entendu). Je mets ma robe Chantal Goya, qui à mon avis va très bien avec l’esprit des LSP et nous arrivons à l’Olympia à 17h, et pour mon grand plaisir il fait beau. En plus nous sommes diverties par la conversation des deux de devant qui parle de l’apparition d’ET dans le Retour du Jedi (à vos magnéto’). On voit un pousse pousse ce qui est surprenant à Paris. Bref j’évite les détails. Nous rentrons dans l’olympia vers 18h30 et nous sommes apparement ce que les gens désignent comme le coté de Miles Kane, d’où notre bonne place car du coté supposé Alex Tuner il y a une impressionnante masse de personnes. La salle se remplie petit à petit, je reconnais cetaines personnes, ce qui s’avére une bonne chose pour certain et moins pour d’autre (con is everywhere).
Viennent alors les Ipso Facto, je ne conanis pas grand chose de ses filles à part que ce groupe se rapproche de l’ambiance des Neils Children ou des Horrors, mais sans exagérer la chose la vu de la claviériste de la bassiste et de la guitariste me flanque un peu la trouille, car tout d’abord elles sont coiffée d’un carré, avec une frange noire (je n’ai rien contre je m’appréte à réadopter cette coupe très prochainement) mais je ne sais pas c’est peut être leur peau très blanche, leur silhouette filiforme ou peut être même leur robes vintages jolies, mais qui évoquent un peu un vieux film d’horreur. Franchement je n’ai pas trop aimé, mais en même temps avant The Last Shadow Puppets il est dur d’apprécier quoique ce soit et peut être sont elles plus à l’aise dans des salles plus petites.
Et mince je commence à avoir envie de voir les LSP et Alex Tuner, car même si je ne susi aps une grande fan des Arctic c’est quand même Alex Turner, Agathe, pro de la guitare, remarque qu’il est très peu probable que ce soit Alex Tuner du coté qui était supposé le sien puisqu’il n’utilise pas ce genre de guitare alors que la guitare installée devant nous lui correspond totalement (dsl suis une grande novice de la guitara). Alors que l’orchestre philarmonique s’installe et commence une intro (pour le coté philarmonique je suis aussi une novice), Alex Tuner, Miles Kane, James Ford débarque sur scéne et Agathe avait raison nous sommes juste en face d’Alex Tuner. Ils commencent avec Calm Like You qui est reprise par tout le public au grand ravissement des LSP qui enchainent avec The Age Of The Understatement. Je dois quand même préciser que je trouve dorénavant Alex Turner très intéressant physiquement parlant, d’ailleurs lui et Miles Kane ont une grande classe souligné par une tenue classe. Le début du concert me fait penser que c’est surtout Alex Tuner qui chante mais dans une deuxième partie c’est au tour de Miles Kane de dominer par la voix (tiens je la connaissais pas encore la domination vocale) et tout d’un coup nous voyons arrivé VV des Kills, et là je peux dire que je jubile car mon obsession pour les featurings est largement comblée. Ils reprennet Paris Summer. Le concert s’enchaine avec de nombreux mouvements de foule joyeux, l’ambiance est géniale, et le mec qui me pousse pour prendre ma place me fait rire, et je pense en moi même « comment peut-il espérer réussir alors que je suis à 2m d’Alex Tuner, il a jamais entendu parlé du fait que les femmes vivent plus longtemps, c’est qu’elles sont plus persistantes ». Non je n’ai pa honte de cette pensée surtout qu’entendre les phrases française d’Alex Tuner est très motivant « je vais chanter pour toi » aaaaaaaaaa chante Alex rrrggg. La jouissance approche avec le Hang The Cyst, magnifique face B du Standing Next To Me qui cloturera le rappel et ce merveilleux concert. Tellement merveilleux que je vais jusqu’à dire qu’ils sont au niveau des Kings Of Leon et que c’est l’un des meilleurs concerts que je n’ai jamais vu.

♥♥♥♥

Rock En Seine, le 28 août
Malgré l’absence de mon bandeau doré, qui a perdu la vie (et surtout sa dorure) quelques jours auparavant c’est avec un entrain typique de Rock En Seine que nous nous rendons à Saint Cloud, avec un bandeau noir de remplacement qui est le signe du deuil du bandeau doré (je suis sérieuse).
Les mains pleines de pubs, qui ne servent à rien, et d’un collier sfr, nous nous installons sur la scène de La Cascade où à lieu le premier concert de cette édition : les Infadels. Même si j’y suis allée en touriste je dois dire que ce premier concert fut vraiment pas mal avec des membres complétement cinglés et une musique électro pop entrainantes. Le clavieriste fini même dans la foule avec le micro.
L’excitation monte alros que nous attendons les These New Puritans, je fais un coucou à Juliet et à son amie. Je commence à avoir peur d’une annulation car la batterie des The Do est sur le coté de la scéne alors qu’aucune batterie TNP n’a lair de montrer le bout de son nez. Ahaha que je suis drôle.
A l’huere où il devait commencer à jouer les TNP arrivent avec la batterie et les autres instruments, malgré l’angoisse d’un concert qui va sans doute être racourcit, je bave devant les TNP car George, Jack et OMG Thomas sont des beautés de la vie, l’anglais comme on se l’imagine dans nos fantasmes d’Angleterre. Le concert commence, le bassiste Thomas a l’air plus à son aise qu’à la maroquinerie et le batteur fait toujours sa tête de mi psychopate mi pervers. Ils jouent Elvis, Sword Of Truth, Infinity Ynifinity, Numbers, Colours te une nouvelle chanson ou du moins une chanson que je ne connais pas, mais malheureusement le concert ne dure que 30 min et nous sommes au mieux 10 personnes à connaitre les TNP, ce qui est m’attriste un peu car pour moi les TNP c’est un des nouveaux groupes qui vallent le coup.
Après un grand tiraillement entre les scénes, les stands et la programmation, nous décidons de « nous taper les Do » pour conserver une bonne place pour les Dirty Pretty Things.
Car en effet je n’est aps une grande estime pour les Do, qui ont bénéficiaient à mon avis d’un trop grand battage comparé à ce que je pense de leur musique, après ce n’est que mon avis. (en plus je supportait pas la pub oxfod avec On My Shoulders). Les Do arrivent, la chanteuse est vétu d’un legging de très belles Nike et d’une coiffure indienne, comme celle de la copine de Pocahontas. Je dois dire que pour moi ce concert fut le pire moment de RES, la chanteuse se prend pour Lovefoxx, non pas qu’elle n’est pas le droit, mais pour moi elle fait de la folk donc cette atitude ne correspond pas avec la musique, et puis je ne sais pas, ça m’ennuie de penser que les Hot Chip jouent au même moment. Je ressens donc un grand soulagement quand le concert s’achève.
L’excitation revient en moi, car j’ai bien envie d’entendre les nouvelles chansons des DPT en live et puis Carl…Carl.
Dans le public « ça sent le fan » des Libertines, et j’entends quelques rabats joie dire « j’espère qu’ils ne joueront pas le deuxième album car c’est inaudible », moi c’est mon préféré des DPT, et il rejoint mes albums préférés incompris tel le magnifique Room On Fire.
Les DPT débarquent sur scène, Carl toujours aussi Barât (désolé mais j’avais vraiment envie de la sortir) vétu d’une très jolie veste (je demanderais à ma soeur pour un adjectif qualificatif, j’ai un peu séché les Glamour et autre cet été). Carl a maigrit, et ses solos contre la batterie de gary me feront observée qu’il a un fessier magnifique dans son jean. Les mêmes personnes qui n’aimaient pas Romance at Short Notice, chantent en coeur Buzzards & Crows, j’ai un peu honte car mn probléme avec les Libertines, DPT et autre Babyshambles c’est que je n’ai jamais été très fidéle aus paroles, me contentant d’un bon yaourt. J’espère,Carlos, que tu ne m’en tiendras pas rigueur. Carl Fait des signes de main aux filles devant moi qui ont une énorme pancarte « I ♥ DPT », les chansons s’enchainent, la set list étant composé équitablement de chanson du premier et deuxième album, le fan gonflant criant « Libertines » l’aura bien cherché : les DPT n’interprétent cette fois ci aucune chanson des Libs, sans doute est-ce la preuve que Carl veut définitivement tourner la page comme le deuxième l’album nous le montrait déjà. The Enemy, Come Closer, Hippy’s son, Plastic Hearts,Gentry Cove ou encore Bang Bang You’re Dead où l’on voit un fan un peu bourré immité de sa main le pistolet à chaque Bang Bang, s’enchainent à mesure où Carl se dévétue (oui je suis obsédée désolé). A un moment Anthony et Carl ,front contre front, se lance dans un combat de coq ou devrais dire un combat de taureaux; à la fin Carl trouve l’occasion d’enlever son tshirt, à mon plus grand plaisir. Un concert très très très bien qui me fait oublier les regrets que j’avais eu de rater Hot Chip car j’étais très bien placée.
Le concert terminé je regarde ma montre : il nous reste 2 min pour aller sur la grande scène où joue les Kaiser Chiefs. Nous arrivons, et on s’infiltre pour arriver à l’endroit où l’animation est à son plein pogot slam, vive la rigolade. Finalement nous n’avons rater qu’une chanson Every Day I Love You Less and Less, nous avons le plaisir d’entendre Ruby, Oh My God ou Nananana repris par tout le public. C’est simple un concert des Kaiser c’est comme une grande fan où l’on se pousse où l’on chante, notament happy birthday pour le batteur qui fête son anniversaire (si j’ai bien compris c’est le batteur). Ricky (prononcé à l’espagnole) grimpe partout, saute, court…Un grand moment de plaisir et puis I predict a riot…alal I am a chanteuse, si je me rappelle ce sont les mots du chanteur.
Après ce concert, nous divagons, mangeons et restons en marge pou REM, un concert à l’ambiance RTL2, enfin je ne sais pas si c’est claire comme expression, mais très rock radio, parfois on se fait un peu chier, mais je veux rester, je la veux moi Losing My Religion. Le fait que Micheal Stipe se rapproche du public me surpend, c’est vrai je pensais pas que c’était le genre. Le concert parait long, mais lors du rappel nous l’avons cette chanson et nous chantons à gorge déployée les paroles « Oh Life is bigger… » sous le regard ébahit voir apeuré de quelques spectateurs.
Il est alors temps de rejoindre le métro, car la fatigue commence à se faire ressentir.

Rock En Seine, le 29 août
Après avoir couru après un bus, qui sans pitié ne s’est pas arrété, et avoir manger au chinois (ma vie est transcendante) nous arrivons à Saint Cloud avec un invité surprise : j’ai nommé Mr Soleil. Si Si.
Nous allons sur la grande Scène pour voir Louis XIV. Je ne connais aps mais ma soeur, qui a écouté quelques chansons m’a dit que c’était pas mal. Et en effet c’est un concert très agréable sous le soleil, quand à la population de Rock En Seine, elle est meilleure que la veille qui était composé pour une grande partie de fans de Serj Tankian. J’ai rien contre mais…si. Du coup nous restons jusqu’à la fin, ce qui nous laisse le temps de nous rendre sur la scène de la cascade pour voir Jamie Lidell.
Ce concert m’a beaucoup surprise car il était beaucoup plus électro que soul, Jamie interpréte les chansons de Jim Figured me out, Rope Of Sand, Another Day, d’ailleurs ça n’a pas l’air de lui plaire que les gens connaissent parce que ça passe à la radio, moi, qui est divorcée de ma radio depuis longtemps, j’en suis très surprise, Gonzales le rejoint sur scène au piano. Même si je ne m’étends pas trop, ce fut un bon concert intéressant par son coté expérimental et soul à la fois.
Nous restons sur cette scène pour The John Spencer Blues Explosion, qui est assez rétro. Certains puristes dirons  » ça c’est du fuckin’ rock and roll » mais moi ça m’a un peu gonflée au bout de quelques chansons, même si de voir quelques personnes s’excitant dessus était assez marrant.
C’est alors au tour de Kate Nash de jouer, elle arrive vétue d’une jolie jupe et s’installe au piano, avec un inhalateur, un thé et une bierre. Le concert défile, alors que les anglaises devant nous s’avèrent très lourdes voire vulgaires, surtout qu’elles ont un bracelet reading : en gros je les déteste déjà. Je dois avouer que je ne suis aps une grande fan de Kate nash : je me suis toujours dit que je préférais Lily Allen, même si je sais que ce n’est aps la même chose, et puis à part foundations remixé par Metronomy j’avais un peu de mal avec Made Of Bricks. Nous nous eclipsons donc vers la scène de l’industris pour les Black Kids. Tout d’abord ce concert fut l’un des meilleurs de Rock En Seine 2008, avec un piblic qui est tout de même nombreux malgré la présence de Jack White et ses Raconteurs sur la grande scène, ils commencent avec Look at me when i rock witchu, et enchaine les chansons de Partie Traumatic, et c’est là que je me rends compte que c’est une compilation de tubes, de ceux qui vous font danser et rire en même temps. Nous sommes comme trois petites folles, Partie Traumatic et Hurricane Jane restent mes préférées, les Black Kids ont l’air d’être surpris par l’accueil du public français et sourient de toutee leurs dents. Le concert est une fête tout le monde danse, et l’ambiance me rappelle celle d’un concert des CSS. Le concert s’achève sur la fameuse I’m not gonna teach your boyfriend how to dance with you. Et nous reprenons la course vers la scène de la cascade pour voir Justice.
Nous nous faufilons au milieu et nous arrétons au milieu, nous nous sommes pressées pour rien : les Justice ont beaucoup de retard, au début je me dit que c’est mieux car un concert de Justice en plein jour, ça ne me dit pas grand chose, en plsu j’ai investi dans un batton fluo rose alors hein…on s’excuse du retard pour raison d’un problème sur la grande scène, pour Amy ça sent le roussi. L’attente est assez marrante, voit naitre des débuts de baston et d’ivresse. certains organisent des mouvements de protestation à ce retard comme par exemple se tourner le dos face à la scène. Le concert commence, et la magie de Justice opére tout le monde danse ou devrais je dire DO THE D.A.N.C.E. Cependant il intervient une coupure d’électricté au début du set, ou voit alors Xavier et Gaspard s’affoler sur leur machine et les gens hausser le ton. Le concert reprend, phantom, Stress, Agathe reconnait Fallen des Franz Ferdinand, le fameux We Are Your Friends,je crois reconnaitre de Busy P et DVNO et au plaisir de ma soeur le NY excuse de Soulwax. Cependant en pleine chanson et du coup le concert se poursuit un petit peu, mais agacés par les problèmes techniques le concert est écourté, même si la durée est largement satisfaisante. Bref un concert de Justice c’est un peu du n’importe quoi on saute ons e laisse aller, je suis un peu déçue qu’il n’y ai que moi qui suis dotée d’un batton colorée.
La rumeur s’étant répandue pendant Justice, Amy Winehouse a annulé. Je ne suis pas déçue je ne m’attendais aps du tout à ce qu’elle vienne, et de plus l’avantage est que du coup il y a The Streets sur la grande scène.
Nous nous y dirigeons et je pense que ce fut un excellent concert de cloture. Mike Skinner joue sur le fait qu’il remplace Amy Winehouse, il a un autocollant d’Amy sur le Tshirt et chante à plusieurs reprises Rehab. Il demande aux gens si ils veulent Amy et les gens crient que non « Amy is not here, she’s smoking cracks in London » il nous fait accroupir, et force même le récalcitrant du premier rang à le faire. je ne suis pas une grande experte de the Streets malheureusement, mais ce fut un grand concert qui méritait la grande scène. Mike fait séparé la foule en deux, enlève son tshirt et passe au travers, malheureusemet je n’ai pas réussi à la toucher (bouuuuuuhhhh) ceci se fini en slam. Bravo Ile De France, car c’est sans doute la dernière année ou je payerais ma place à même pas trente euros.

Désolé pour la longeur de ces reviews, et aussi pour les nombreuses parenthèses.

Je mettrai bientôt des photos.

Publicités

Lily Allen. Guess who batman, fuck you very much

Non ce Titre n’a rien à voir avec un retour à mes treize ans, quand j’étais gothique,et que les gens me surnommaient « périmé » , car oui j’étais et je suis toujours très blanche, et ce malgré le fait que mercredi il y a Rage Against The Machine à Rock En Seine, j’ai beau en douter encore, je pense que je vais vraiment y aller, ça sera le concert du groupe culte de l’été.
Néanmoins il est vrai que j’aurais aimé avoir l’occasion de chanter le refrain de cette chanson de Lily Allen, qui ne me rassure pas assez pour m’empécher de craindre un deuxième album plus guimauve que « from LDN », à ces dames que ma mère a entendu dire « oh la demoiselle ressemble à Chantal Goya quand elle était jeune ». Et oui c’est moi Charlotte Goya, et c ematin j’étais avec ma cousine Bécassine quand tout d’un coup un lapin a tué un chasseur. Bon je dois reconnaître que ma robe saumon/orange est un peu dans l’esprit Chantal, mais mince j’avais mon legging argenté dit « Daft Punk ». Tu me diras chantal elle était pas si gaga quand elle était jeune (elle a même joué dans un film de Jean Luc Godart) mais bon, je ne porterais jamais cette robe du même point de vue.

Et puis cette chanson me fait penser à Batman, qui fut très bon, bien que Spiderman sera toujours mon préféré. Sinon je commence à voir la fin de ma période Geek puisqu’il y a RATM, et puis vendredi je pars à Valence pour revenir le 26 pour The Last Shadow Puppets et, of course, Rock En Seine, d’ailleurs j’ai commencé à mettre des croix sur le programme. Mais je vois bien que le mois d’août est bientôt fini : j’ai vu les derniers épisodes de Lost. Il y a quelque chose qui me rend triste que j’explique par l’habitude, avant la fin du moi d’août correspondait à la rentrée; là il me reste du répit. D’ailleurs je suis curieuse de voir comment ça va être les Babyshambles à la fête de l’Huma, c’est à dire le festival le plus foireux qui existe, qui te fait dire à chaque fois « non j’y retourne vraiment pas l’année prochaine », avec une équipe de sécurité fait de bénévoles (et même récolté sur le moment selon les dires d’Eva), puis les petits vieux pervers et adeptes du ricard, et enfin les révoltés ceux qui vous éclaboussent à la bière pendant un concert, que vous regardait involontairement, d’un groupe de rock français dans le style Luke. Mais bon je ne peux me permettre de boycotter les N.E.R.D. et Pete pour 18 euros.

Sinon je tiens à signaler quand remettant à jour mon archos, j’ai remarqué que j’avais tout le discographie de Bloc Party, y compris les remixes et bsides. Ce qui facilite ma période « pourquoi ai-je tout d’un coup abandonné les BP alors que Silent Alarm est l’un des mes albums préférés ? ». J’ai repris Bloc Party car c’est l’une des possibilités de la soirée surprise des inrocks, même si de mon coté je penche vers un groupe que l’on a pas vu depuis longtemps, et mon coté réveur imagine des groupes cultes à la Cigale, j’ai même été jusqu’à parler des Strokes. Of Course.

BLoc Party.Banquet (Boyz Noise remix)
Bloc Party.Mercury (CSS remix)
Golden Silvers. LiLy the lover
M83.Kim & Jessie (DatA remix)
Bitchee Bitchee ya ya.Love Beauty


Ma semaine est très chargée, hier par exemple j’ai fait du pain, enfin j’ai mis le paquet de farine dans la machine à pain (et oui je pique le boulot des marmottes boulangères, j’espère que leur syndicat ne m’en voudra pas trop). Heureusement je me suis décidée à lire la saison 1 de Doggy Bag, mais ma chance se poursuivant je ne trouverais sans doute pas la saison 2 de sitôt. Du coup je suis retomber dans ma crise « j’ai honte mais je suis toujours en pyjama alor qu’il est déja 14h45 ». Et pourtant j’ai un peu d’argent, je pourrais même presque m’acheter mon cartable pour la rentrée, oui oui, jecompte bien m’acheter un nouveau sac pour la rentrée, même si je sais que c’est très superficiel. En parlant de superficialité, j’ai omis de dire que j’avais vu Gustave des Naast à Paris Plage et que même si je sais que ce n’est pas bien je le trouve beau. Bref

Ce matin j’ai eu un choc par rapport à la couverture éventuelle du quatrième album des Kings Of Leon Only by the Night. En fait je trouve qu’elle est dans l’esprit du clip cultissime de On Call, ce qui n’est pas forcément une bonne chose, en outre j’ai décidé de profiter de wordpress pour créer un onglet Kings Of Leon sur mon blog dans lequel je mettrai les news des Kol, car étant donné qu’ils représentent une de mes activités favorites de ces vacances : « alors tu fais quoi? -je KOL! »…Décidemment je n’aurais vraiment pas du écrire cet article.
Je profite quand même de tout ce temps en trop pour écouter les derniers albums que j’ai téléchargé, et bien qu’il m’aie profondément ennuyé pendant des jours et des tentatives découte, je reconnais que j’aime le Partie Traumatic des Black Kids, en plus l’écoute me fait penser au Chérie Rock En Seine, où ils joueront, j’imagine très bien l’effusion de joie précédant Justice. Et puis j’ai écouté avec attention, cette fois ci, le V de Van She, et bien cet album est très bon, en fait il me procure le plaisir simultanné de l’écoute de l’album de M83, Saturdays=Youth et de l’album de Cut Copy In Ghost Colours, ressemblant même parfois au Sexuality de Sebastien Tellier.
De plus cet album je l’attends depuis pas mal de temps, car c’est avec les Klaxons que j’ai découvert le plaisir de remix, dont un de mes préférés était réalisé par Van She. Du coup je poste une série de remix que je viens de trouver.

Lykke Li.Little Bit (CSS Remix)
CSS.Move (Cut Copy Remix)
The Kills.Cheap and Cheerfull (SebastiaN remix)
Das Pop. Underground (Van She Remix)
Late Of The Pier.Heartbeat (Hot Chip remix)


Je dois aussi parler de Carl Barât, qui m’inquiéte en criant sur tous les toits qu’il aime Glasvegas, que je n’avais pas trouvé terrible quand je les avais vus avant These New Puritans et Lightspeed Champion. Par contre je dois dire que je suis assez friande du style chemise bucheron et chaussures fluos new balance.

Dirty Pretty Things.It’s my own cheating heart (glasvegas cover)
Van She.Cat & the eye (rrrrrgggggggggg)

Pour finir le clip de Becky de Be your own Pet, dernier clip du groupe puisqu’ils ont splitté depuis le 1 août, le groupe wolfmother également, ça me fait bizarre étant donné que Wolfmother est le premier groupe que j’ai vu à Rock En Seine.